Loading

Canyon Aeroad CF – Premières impressions, première sortie

A première vue, le cadre a un look magnifique. La géométrie du cadre a été soigneusement étudiée afin d’obtenir un maximum d’aérodynamisme. En effet, on sent tout travail de Recherche & Développement en soufflerie que Canyon a mis en oeuvre. La douille de direction est abaissée afin d’offrir moins de résistance au vent. La surface frontale du cadre est affinée de 20% par rapport à l’Ultimate CF et dispose d’un profil optimisé sur le plan aérodynamique. Le vélo a été travaillé jusque dans les moindres détails.

Tout d’abord, je note que ce vélo privilégie les bustes longs : c’est pour quoi, j’ai dû l’équiper d’une potence plus courte de 80mm. Le poste de pilotage est plus bas car la douille de direction est plus profonde et compacte. Il offre aussi la possibilité d’ajustement de la selle, ce qui est la bienvenue lorsqu’on un petit gabarit comme moi. La surface de prise au vent est bien plus réduite qu’un vélo classique, de part sa silhouette entièrement profilée.

A l’essai, il ne m’a pas laissé indifférent. Je suis surprise par la facilité de rendement et l’économie d’énergie qu’offre l’engin. Dés les premiers tours de roue, le vélo répond à la moindre sollicitation, plus je monte en régime, plus j’ai l’impression d’envoyer du lourd, une sensations de vitesse jamais ressentie auparavant. A partir de 30 km/h on se rends compte au bout de quelques heures de cette avantage aérodynamique qui devient non négligeable sur les longues distances en terme d’économie d’énergie pour le cycliste. En effet, sur le plat, j’atteins des pointes à 42km/h sans avoir la sensation de forcer. De plus, ce rendement est facilité par les roues carbones à boyau et à jantes profilées de 38mm, qui offrent une inertie remarquable et, un aérodynamisme et une rigidité supplémentaires.

En montée, un court passage en danseuse permet de relancer l’allure et de passer sans difficulté. Les descentes sont un vrai régal : le vélo est sûr et incisif à la fois…Bien qu’il soit un poil plus souple que l’Ultimate CF SLX,  il ne pardonne pas les écarts. La moindre erreur de pilotage peut s’avérer critique. C’est un vélo exigeant qui nécessite une certaine adaptation particulière.

Top